AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 lelelelelelelele

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heziel

|Take the Blame|

|Take the Blame|
Heziel

Messages : 444
Date d'inscription : 17/08/2011
Age : 24
Localisation : Quelle importance?

Fiche de Madoshi.
Niveau:
lelelelelelelele Left_bar_bleue17/40lelelelelelelele Empty_bar_bleue  (17/40)
EXP:
lelelelelelelele Left_bar_bleue121/300lelelelelelelele Empty_bar_bleue  (121/300)
Jewels: 375 000
lelelelelelelele Empty
MessageSujet: lelelelelelelele   lelelelelelelele EmptyMer 22 Oct - 0:30


Lightfang ~~

~~ Snide



~ Informations sur la cible ~

# Prénom : Inconnu, tous l’appellent Snide.
# Nom : Lightfang, une appellation par procuration, on va dire.
# Âge : Vingt-quatre ans.
# Race : Mage.
# Sexe : Homme.
# Orientation Sexuelle : Hétérosexuel.
# Taille : Un mètre soixante-dix-sept.
# Poids : soixante-et-onze kilogrammes.
# Groupe sanguin : B négatif.
# Orientation : Solitaire.
lelelelelelelele 2nls0sn
~Signalements de la cible ~


lelelelelelelele Wb5oba

Des descriptions sur Snide… on pourrait en dire tant. Personnalité, physique, habitudes, comportement, anecdotes, signes particulier, tic qui revient souvent… décrire une personne entièrement est difficile à faire, surtout en quelques paragraphes. Il faut alors réussir à soutirer l’essentiel de la description, les points les plus importants et les notions les plus utiles. Il faut être concis et aller vers ce qui est le noyau des informations, ce qui permet de reconnaitre et d’identifier, de savoir que l’on se trouve bien en face de la personne décrite. Pourtant, je vous donnerais le plus d’informations possibles sur Snide Lightfang. Après tout, vous avez votre temps, non?

Si vous me le permettez, je commencerais donc par la description physique du mage. Nous partirons du sommet de son crâne pour en arriver à ses orteils. Procéder ainsi facilitera les choses, non? Dans ce cas, allons-y.

Si l’ont devait définir la chevelure de Snide, plusieurs termes conviendraient. Ses cheveux sont lisses, séparés en une multitudes de mèches raides qui lui tombent dans la nuque et sur le visage. Ils sont aussi fluides et brillent sous les différentes sources de lumière, signe que leur propriétaire prend soin d’eux consciencieusement.  Ils recouvrent une partie de son front, cachant l’œil droit la plupart du temps, laissant l’autre orbite libre. En effet, l’inverse serait fâcheux pour notre mage, et vous comprendrez bientôt pourquoi. Ses cheveux arrivent à peu près au niveau de son cou, niveau longueur, autant dire qu’ils sont d’une classification « médium ». Les pigments de son attirail capillaire lui offrent des cheveux d’une teinte brune, un marron un peu terne sans cheveux blanc. Il y tient. Il les laisse le plus souvent déborder autour de ses joues, tombant sur son visage, coiffant rapidement une raie lâche au dessus de ses cheveux. Il entretient ses cheveux, certes. Niveau coiffure, ce n’est pas encore ça… sa vie agitée lui a vite fait abandonner l’idée d’avoir une coiffure solide. Mais continuons, je vous prie, continuons donc de descendre sur le visage du beau jeune homme.

Tout commence par un front plat et lisse, nullement marqué par une ride de vieillesse naissante ou un quelconque signe du temps qui passe de façon irrévocable. Parfois, un pli concentré peut venir strier la peau du mage lorsqu’il combat ou réfléchit, mais c’est tout ce que vous pourrez trouver ici. Une marque de concentration, rien de plus. Peut-être aussi une marque due à son bandeau, à certaines occasions, mais tout ceci est une autre histoire.

En descendant un peu, on peut arriver au niveau de ses sourcils. Sur les deux, il y en a un qui est partiellement caché, que ce soit par les cheveux tombant du jeune homme ou par le bandeau de cuir qui recouvre son point de perception visuelle droit. En se référant au deuxième, on peut alors établir que ses sourcils sont extrèmement fins. Ils sillonnent habilement sur sa peau dans une étroite ligne de poils minces et tout aussi bruns que la chevelure, même si la transparence sur la peau est réelle. C’est sans doute parce que cette zone n’est pas très fournie. Le plus souvent, ils sont légèrement froncés, lui donnant une expression qui, selon le reste de son visage, peut paraitre dure, confiante ou encore provocante, parfois colérique. Toujours assez prenante.

Sous ces sourcils graciles se cachent deux prunelles, ou plutôt, une prunelle. Effectivement, l’un des yeux de Snide est en permanence caché, à cause d’une blessure de son enfance qui le rendit borgne. Nous nous focaliserons donc sur l’autre pour en donner une description aussi fidèle que possible. La première chose qui frappe lorsqu’on le fixe son œil unique, c’est la teneur de son regard : fort. Confiant. Quelque soit le message qu’il veut vous faire passer, que l’éclat de sa prunelle soit celui de la haine, de la gaieté ou une pointe de provocation, il est toujours soutenu par une sorte de puissance latente, une impression de sûreté et de confiance en soit presque déroutante. Il n’exprime dans cet œil que la volonté et l’absence de notion d’abandon. La certitude de la portée de ses actes, la fiabilité de ses gestes, l’irrévocabilité de ses choix. Pour ce qui est des couleurs et et formes, ses iris sont marrons elles aussi, au même titre que ses cheveux. Son œil visible est assez ovale et fin. Un détail est à noter, cependant. Il réside dans la forme de sa pupille. Elle n’est pas ronde comme celle des individus dis « normaux » mais elle prend une courbe rappelant plutôt un regard de reptile.

En nous recentrant un peu, on arrive sur un nez fin et aquilin, droit. Il est parfaitement centré dans son visage et pourrait agir en axe symétrique, si l’un des yeux du jeune mage n’était pas endommagé. Le nez de Snide est comme celui de chacun percé de deux narines, assez petites et peu proéminentes. En clair, c’est un élément de son visage qui s’accorde parfaitement avec le reste et il en a bien conscience. En élargissant sur les côtés, on peut parler de ses pommettes : elles sont quasiment inexistantes, cachées sous sa peau. Ses joues sont lisses et assez plates, rejoignant l’angle de sa mâchoire, bien dessinée et anguleuse. On peut revenir vers le centre de cette symétrie pour retrouver une bouche dessinée par des lèvres fines et un peu plates, cachant des dents blanches et propres. Cette bouche arbore presque toujours une expression de provocation et un sourire presque outrageux, témoignant de la confiance en soi du magicien. Parfois un sourire séducteur ou aguicheur, lorsqu’il est en compagnie de belles demoiselles. Un sourire qu’il aime voir agir sur ses adversaires et opposants, qu’ils soient physiques ou qu’il s’agisse d’une inadéquation de pensée, comme une injure ou une bravade bien sentie, provoquant une réaction stupide. Lorsqu’il parle, c’est une voix assez rude et grave qui sort de cette bouche, avec un accent de flegme.

Descendons encore pour arriver dans le cou du jeune homme. Il est fin, musclé, saillant. Soutenant à merveille la boite crânienne de notre compagnon. Sur les côtés se dessinent des épaules musclées et toniques, les tendons étaient clairement apparents sous la peau, marquant celle-ci et pas d’une façon moindre. Le reste de son corps est à l’image de tout ceci : des muscles saillants, une allure dans l’ensemble svelte. Son torse est dur et ciselé, ses abdominaux puissants. Il possède des bras fins et secs mais qu’on peut soupçonner d’une certaine force. Ses jambes sont assez effilées, pourraient d’ailleurs presque sembler fragiles, mais elles se révèlent au contraire robuste comme il les requière. Ses mains sont fortes et agiles, il manie le sabre depuis longtemps et cela se voit dans son anatomie. Ses doigts sont fins mais forts, il peut jouer avec le pommeau de sa lame sans aucun problème grâce à ces caractéristiques. Il chausse du quarante-deux, approximativement. En clair, avec son mètre soixante-dix-sept et ses soixante-et-onze kilogrammes, Snide est loin de faire office de colosse. Mais si ce n’est pas sur la force brute excessive qu’il compte, c’est sur sa technique qui elle, est développée. Il a apprit à utiliser son corps avec rapidité et précision, et c’est là que réside sa force. Lorsqu’il est torse nu, on peut discerner une blessure dans le bas de son dos, pas assez grave pour le tuer mais néanmoins marquée sur sa chair, dont-il ne connait toujours pas la provenance.


~~


Poursuivons avec le style vestimentaire de notre singulier personnage. En se référant à la partie « professionnelle » de son caractère, cette partie consciencieuse de lui-même, avisée, on en vient vite à comprendre pourquoi il se balade toujours avec une tenue particulière : sa tenue de combat. En effet, il est rare de voir Snide mettre un pied dehors sans son armure légère. Celle-ci se constitue d’un casque en forme triangulaire, ciselé d’une façon parfaite en certains endroits pour laisser apparaitre des motifs décoratifs, orné d’un croissant de lune de couleur or. Notons qu'il ne porte pas toujours ce casque, d'ailleurs il ne l'utilise que rarement. Il est possible de le voir le porter durant les missions dangereuses et les combats difficiles. C'est en quelque sorte son porte bonheur. Les côtés et l’arrière du casque sont conçus avec des plates de fer, tandis que le haut du casque ovale épouse la forme du crâne du combattant. Ensuite, on remarque une tunique finement brodée, en lin. Elle est teintée d’un bleu foncé couleur crépuscule, aux bordures blanches. Un symbole apparait dans le dos, assez abstrait, représentant une sorte de rouage violemment découpé et des traits en continuité des crans du dit rouage. Pour ce qui est de la forme de ce vêtement, on peut distinguer un col large qui monte jusqu’aux pommettes du madoshi pour s’écarter vers les côtés. Pas de manches. La tunique est la plupart du temps ouverte de ce col jusqu’à la taille, laissant entrapercevoir en dessous un plastron en acier reluisant. Une ceinture vient resserrer le vêtement, une ceinture tressée du même ton de couleur que le reste, bleue. Le bas de la tunique descend jusqu’aux genoux de Snide, dans une découpe régulière pour former des triangles de tissus qui flottent derrière lui, le devant étant largement ouvert sur son entrejambe. Passons à ces plates qui lui recouvrent le corps. Le combattant dispose de ces plaques sur le dessus des biceps, ainsi qu’au devant des cuisses, pour le protéger d’attaques à ce niveau là. Des gantelets d’acier lui remontent jusqu’aux coudes, alors qu’à l’image du dessus, le dessous est également en armure. De ses chevilles à ses tibias, des jambières en fer gardent l’endroit. Il porte au niveau des pieds de simples sandales avec des chaussettes. On notera, au niveau de sa taille, la présence d'un sabre dont il se sert au combat. Son sabre, qui possède une garde en or gravée, et la capacité de canaliser son énergie magique par le biais de runes gravées à même la lame, crée par le maitre Valentine. Sous sa carapace, il porte des vêtements légers en toile de couleur sombre.


Spoiler:
 


Les rares fois ou il sort sans être engoncé dans ses protections de la tête aux pieds, on peut alors l’apercevoir sous un autre angle. Il porte le plus souvent des habits de « civil ». Un accoutrement simple et décontracté, comme une ample chemise et un jean assez large, ainsi qu’une ceinture. Rien de bien spécial, en somme. Pour ce qui est des chaussures, une paire noire de mocassins fait parfaitement l’affaire. Il ne s’embête pas tellement à choisir les couleurs car il reste souvent sobre sans trop le vouloir, ne tanguant que rarement vers des tons plus chaleureux que le blanc ou le noir. La seule chose que vous ne verrez sans doute jamais quitter son visage n’est autre que ce bandeau sur son œil. Il semble être fait de cuir et porte une inscription, nullement runique, plutôt décorative. Qui sait quelle blessure renferme ce cache-œil? Personne, à part peut-être lui. Mais il n’en connait pas l’origine.


~~


Nous arrivons finalement au caractère et aux habitudes de Snide Lightfang. Laissez moi vous expliquer qui est cet homme, quels sont ses buts, ses envies et ses espoirs, ses qualités et ses défauts. Que fait-il le plus souvent, a-t-il une habitude spéciale? Je vais vous en informer dès maintenant.

Pour commencer, il faut savoir d’où il tiens son « prénom » de remplacement. Pourquoi de remplacement? Oh, je crois que je vais commencer par là plutôt. Sachez que Snide ne connait absolument aucun détail de sa vie d’avant ses dix ans. Oui, il est amnésique, en somme. Ses pensées sont comme bloquées dans un étau qu’il ne parvient pas à ouvrir, aussi s’est-il en quelque sorte reconstruit une vie avec son caractère après cet incident dont il ne connais toujours pas la cause. Mais revenons-en à son prénom de remplacement, celui choisi pour prendre lieu de l’ancien, inconnu. Snide. Que signifie donc ce mot? Il signifie « Sarcastique » dans une autre langue. En effet, c’est l’un des premiers traits de son caractère discernés par l’homme qui l’a recueilli, dont vous ferez la connaissance plus tard. Snide est quelqu’un de très sarcastique, usant souvent de l’ironie, du sarcasme, détournant les situations en dérisoire, se moquant éperdument des gens en se fichant bien du politiquement correct ou non. Cependant, il est loin d’être grossier et usera toujours de tournures de phrases plus ou moins habiles pour faire passer son message. Malgré tout, il sait aussi faire preuve d’auto-dérision, comme on peut le voir avec son œil unique : il n’est pas rare de le voir sortir des expressions comme « Je n’en crois pas mon œil », « voir, c’est croire » ou encore exprimer son scepticisme par la célèbre expression « Mon œil, va! ». En clair, il dispose d’une panoplie de remarques concernant la vision et son œil manquant n’est en aucun cas un sujet qui le blesse ou le rebute. À vrai dire, il a apprit à vivre avec un seul point de vision, car il était déjà borgne lorsqu’il a reprit conscience, amnésique. Bien que la blessure data de peu. Vous l’aurez donc sans doute compris, Snide est une personne qui tourne le plus possible les choses en ridicule, en dérision, usant de paroles comme d’actes et se fichant bien de ce qu’on lui dit sur ce point pour arrêter ou non. Cela dépend uniquement et entièrement de son bon vouloir. Ses sarcasmes font de lui sa personne.

Ce trait de caractère correspond parfaitement avec le détachement décalé que Snide possède envers toute chose. Ainsi, dès lors que quelque chose ne le concerne pas directement ou ne concerne pas l’un de ses amis, il s’en fout totalement. Cette caractéristique profonde de sa psyché amène aussi à un comportement assez laxiste parfois. Les injures rebondissent sur lui comme si elles n’existaient pas. Les reproches qu’on lui adresse font rarement mouche, il reste calme et se contente de les… ignorer. Vous aurez beau vous entêter à lui faire comprendre qu’il a fait une connerie, il ne vous écoutera pas et vous lâchera un commentaire désobligeant comme « C’est bon, t’as fini? » ou encore « Boring. » puisqu’il s’amuse à parler anglais dans quatre-vingt pour cent de ses phrases. En clair, il est très difficile de le mettre en face d’un problème de conscience, puisqu’il agit en partant du principe pur et simple que son action est fondée. Et surtout, qu’il a raison. Têtu? Sans doute, beaucoup même. Il lui est quasiment impossible de reconnaître un tort et il croit toujours avoir raison lorsqu’il avance une idée. C’est un personnage malin qui sait tirer les informations d’un contexte et les utiliser à sa sauce pour obtenir gain de cause, ce qui pour autant ne le rend bien sûr pas infaillible. Lorsqu’on ne lui donne pas raison, il se contente d’ignorer l’opposant, n’étant pas d’un caractère assez hargneux pour chercher des prétextes. Il ignore le problème comme si il n’existait pas au lieu de s’en débattre stupidement. Ce comportement est-il à préconiser face à l’autre? Pas sûr. En sortant totalement l’idée même qu’il ait tort de sa tête et oubliant le soucis, il n’en apprend pas forcément plus qu’un cherchant des mensonges pour brandir une fausse vérité qu’il clamerai être la réponse.

Derrière ce comportement laxiste, à la flegme exemplaire digne d’un moine tibétain, se cache un esprit qui travaille en permanence à l’analyse et la compréhension. En combat, si il sourit et vous regarde avec un air moqueur, cela ne veut certainement pas dire qu’il vous sous estime. Il est en train de vous disséquer du regard et de vous observer pour trouver les failles, ne laissant filtrer de tout ce travail profond que son allure habituelle. Surtout, rester concentré. C’est une doctrine qu’il s’impose depuis toujours et qu’il ne risque pas d’oublier de si tôt. C’est également un être fier et qui aime le défi. Cependant, sa fierté marche dans un autre sens que ce qu’on peut voir parfois : certains personnages pourraient se jeter sur quiconque touche à leur fierté. Lui considère avant d’agir, car il inclue également dans ses principes de fierté de se battre contre des gens de son niveau ou, du moins, de niveau suffisant pour le divertir. Oui, vous avez bien lu le divertir. Il adore profiter des combats pour sen défouler en affrontant la difficulté, qu’elle soit minime ou grande. Quelque soit le type de combat, il le considérera comme un jeu qui se veut « amusant ». C’est d’ailleurs pour lui l’un des critères qui fait que son adversaire soit digne de lui ou pas - nous en revenons à sa notion de fierté - : si un combat est assez difficile pour qu’il y trouve de l’amusement, alors l’ennemi est à la hauteur de ses espérances. Cependant, il ne faut pas penser qu’il n’est pas sérieux dans ses affrontements. Au contraire. Il calque juste sa soif de défi sur chaque occasion qui passe, mais n’est pas moins conscient des enjeux possible, et des issues provoquées par une défaite.

Lightfang se trouve également être quelqu’un de très consciencieux et professionnel, même si ses airs d’indifférence pourrait laisser penser que l’on a affaire à un flemmard invétéré, un partisan fervent du moindre effort. Ce n’est pas le cas, et il ne peut s‘empêcher de largement critiquer ces comportements là. Si il doit remplir une mission, il le fera avec tous les moyens dont il dispose et de la meilleure façon possible. Notre homme est quelqu’un qui finit ce qu’il commence et apprécie beaucoup le travail bien fait. Notamment, fait de sa main. Si il peut faire quelque chose par lui-même, il refusera catégoriquement de laisser la main à quelqu’un d’autre, et cela rejoint son autre trait de caractère : le fait qu’il soit une tête de mule en puissance. N’essayez pas de le faire changer d’avis, vous y perdriez du temps. C’est également l’un de ses principes de fierté. Accomplir les choses par soit même, ou plutôt le « Do it Yourself, Boy ♫ » comme il dirait.

Il a beau être calme et maintenir cette attitude de désintérêt total lorsqu'on s'en prend à lui, ne pensez pas pour autant que vous pouvez lui marcher sur les pieds. Snide est un suivant de la doctrine de force intérieure, il croit que chacun à le pouvoir de se défendre et, faute de le posséder, d’obtenir cette capacité. Si vous tentez de le rouler ou de faire quelque chose à son détriment qui ne lui plaise pas, il vous le fera comprendre d’une façon ou d’une autre et vous aurez plutôt intérêt à cesser vos agissement. Pour en revenir à sa doctrine, il considère que la vie est une grande aventure qui mérite d’être menée et que s’arrêter aux obstacles est une erreur cuisante. Il appelle cela le principe de « Burning Soul » comme il le prononce, un principe métaphorique comparant l’esprit à un brasier qui ne cesse de brûler que lorsque la volonté s’éteint.

En présence de la gent féminine, le combattant se fait aguicheur et séducteur. Un trait de caractère quasiment inhérent à sa personnalité, intrinsèque, pour ainsi dire. Charmeur, un peu malicieux, il aime échanger la parole avec de jolies demoiselles et entretenir des conversations, s’intéressant à leur vie, leurs joies comme leurs peines, et n’hésitant pas à donner ses avis ou réconforter lorsqu’il le faut. Il sait user de ses atouts pour se faire apprécier et inspirer la confiance. Son œil en moins ne lui fait en rien perdre confiance, il considère plutôt cela comme une marque d’aventure, et il sait que beaucoup de femmes aiment les cicatrices de guerre chez un homme. Mais détrompez-vous, il est loin d’être le genre du grand romantique. Au contraire, il est bien incapable de faire montre de ce genre de comportement, mais est comme un poisson dans l’eau lorsqu’il s’agit d’une séduction basée sur le désir. C’est un adepte des contacts charnels, aussi, tous les moyens seront bons pour qu’il vous attire dans son lit. Mesdames, prenez garde. Si toutefois il vient à nouer une relation plus solides que ses échanges volatils habituels, ne vous attendez pas à ce qu’il clame sa flamme. Il garde ses émotions pour lui dans cette mesure, fermant son cœur comme une huitre. Il fuit d’ailleurs l’amour, pour une raison qu’il ignore lui-même.

C’est un homme qui possède un sens profond de l’honneur. Il suit ce précepte de façon infaillible. Une fois qu’il a donné sa parole, il ne la reprend pas, et il déteste mentir. Il préfère de loin balancer une vérité pure et dure que créer un mensonge rose pour amortir la chute. Si il vient vous voir pour vous annoncer quelque chose avec une mine sombre, asseyez vous et accrochez vous à quelques choses, car c’est surement mauvais signe pour vous. Il n’a pas vraiment de tact ou de notion d’approche diplomatique et va directement à l’essentiel, ce qui peut parfois provoquer des réactions violentes, mais il estime que c’est de loin la meilleure solution sur le long terme. Qu’est-ce qui vaut le mieux : être hais un instant pour un comportement trop direct, ou être haï des années pour avoir menti durant tout ce temps? La réponse est évidente pour lui, et il agit en conséquence.

Pour ce qui est de ses habitudes, Snide est un adepte de l’alcool et il boit beaucoup. Il tient d’ailleurs très bien la boisson et il lui en faut un sacré paquet dans le nez avant de tomber ivre. Cette attirance pour les boissons alcoolisés est apparue très jeune chez lui, et il s’est mit à boire à l’âge de quatorze ans environ, pour se découvrir une résistance exceptionnelle. Quoi qu’il en soit, cela l’amène souvent à des fêtes bien arrosées dont il sort le plus souvent dans le meilleur état. En comparaison, il ne mange que peu et se contente de petits plats, mais il met un point d’honneur à ce qu’il y ait du gout et qu’il apprécie son repas. Si il ne doit pas beaucoup manger, autant que ce soit agréable et que les arômes et saveurs soient dignes de ses attentes, non? Il aime beaucoup la musique et pratique un peu d’instruments comme la guitare, à ses heures perdues. Mais ce qui caractérise sans doute le mieux Snide Lightfang, c’est cette incontournable propension à parler anglais lorsqu’il ouvre la bouche. Il tient cela de celui qui le recueillit et prit soin de lui durant quelques mois, après son amnésie. Ainsi, vous le verrez souvent mélanger les langages dans ses paroles. Parfois, pour décrire quelque chose, il prend un temps de pause et sort deux ou trois mots bien sentis et métaphoriques en anglais. Il adore faire ça, c’est comme une seconde nature chez lui, et rien au monde ne lui enlèvera ça. C’est un peu son signe particulier à lui, et il ne le reniera jamais.


Spoiler:
 
~ Fin ~

_________________




lelelelelelelele 2r2qkja

¤ Thèmes ¤




¤ Journal / Capacités ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heziel

|Take the Blame|

|Take the Blame|
Heziel

Messages : 444
Date d'inscription : 17/08/2011
Age : 24
Localisation : Quelle importance?

Fiche de Madoshi.
Niveau:
lelelelelelelele Left_bar_bleue17/40lelelelelelelele Empty_bar_bleue  (17/40)
EXP:
lelelelelelelele Left_bar_bleue121/300lelelelelelelele Empty_bar_bleue  (121/300)
Jewels: 375 000
lelelelelelelele Empty
MessageSujet: Re: lelelelelelelele   lelelelelelelele EmptyMer 22 Oct - 0:30

~ Données personnelles connues de la cible ~


lelelelelelelele Jt9ds6



Boring. Ça faisait déjà une demie heure que j’attendais dans cette petite pièce coquette, installé dans un canapé pour le moins confortable. L’endroit était sympa, mais l’attente me semblait trop longue. Je passais doucement ma main gantée sur le cuir de l’accoudoir de ce fauteuil de luxe, l’air absent, avant de tourner la tête vers la droite pour fixer une étagère emplie de livres. Interesting… je tendis mon bras et me saisit d’un ouvrage au hasard, dans le fond je m’en fichais bien, tant que la lecture pouvait me permettre de passer le temps. Je n’allais pas m’en plaindre. Du bout des doigts, j’accrochais un bouquin par le haut et le fis basculer vers moi avant d’enserrer la couverture entre mon majeur et mon pouce, posant mon index sur le dessus des pages. Dans un mouvement lent, je rapportais le livre à moi et le posais dans ma main gauche, l’autre venant l’ouvrir doucement tandis que je le fixais avec un air d’expectative. Je me demandais bien ce que je pourrais trouver là dedans. Après tout, déjà que je ne savais pas trop pourquoi quelqu’un m’avait amené ici pour rédiger des mémoires à mon sujet, d’autres surprises pouvaient bien m’attendre…

- La voie du sabre… Nice choice. ♫

Quelle veine, j’étais tombé pile sur l’ouvrage qui pourrait me faire plaisir. Une aventure romanesque portant sur le bushidô. Je n’aurai pu trouver mieux. Doucement, je commençais la lecture avec un sourire au coin des lèvres. Le temps se mit tout de suite à passer plus vite pour moi. Je feuilletais le livre, captivé, lorsque quelqu’un toqua à la porte. Je ne répondis même pas et continuais de lire mon ouvrage. Elle s’ouvrit, dévoilant quelqu’un que je ne regardais pas tout de suite. Une voix un peu étouffée parvint à mes oreilles alors que l’inconnu entonnait une phrase en ma direction, vers moi, moi qui lisais toujours mon livre. Nullement perturbé… Focused.

- Excusez-moi de l’attente, Lightfang-san!

Oui, oui, excuse toi donc. Moi, je lis un peu. J’entendis ses pas se rapprocher et il s’assit devant moi, dans un fauteuil en face du mien. Je ne levais pas tout de suite les yeux et restais concentré sur ma lecture, tandis qu’il s’éclaircissait la gorge. Il le fit une fois, pas de réponse de ma part. Deux fois, toujours aucune réponse. Dîtes donc, ce Masashi n’était pas un morceau facile. Prendre autant d’ennemis à la fois et les vaincre, c’était pas rien… si il existait, je l’aurais sûrement affronté. Je me serais bien amusé. Sans compter le fait que..

- Ano… Lightfang-san..?

Aaah, il n’allait pas me lâcher. Stubborn… je refermais mon livre d’une pression des doigts, dans un petit claquement sec, avant de me pencher vers la table basse entre nous deux pour poser l’ouvrage. Le mouvement était lent et calculé, mon visage n’exprimait pas grand-chose, une sorte d’absence. Finalement, je basculais vers l’arrière pour me caler confortablement dans le canapé, croisant ma jambe gauche au dessus de la droite et écartant les bras pour m’appuyer sur la longueur du dossier. Mon sourire provoquant habituel était revenu et je le regardais de mon œil unique, dans lequel une lueur dansait.

- That’s right.

Il remit un peu sa cravate en place. Ce mec était plutôt petit, assez joufflu. Mais il avait l’air gentil et sympa. Bah, je m’en fichais bien, j’attendais juste qu’il pose ses questions. Calé confortablement dans mon siège, je l’observais faire tous ces petits tics, passer sa main dans ses cheveux, sortir son calepin, appuyer plusieurs fois sur son stylo pour vérifier qu’il marcha… finalement, il me regarda en souriant, un peu gêné, et reprit.

- Vous pouvez-y aller, Lightfang-san.

- Okay, be ready. Et n’en perds pas une miette, boy… Tu veux connaitre ma vie et la faire partager à d’autres? Perfect. Alors écoute attentivement ce que je vais te dire. Avec tout ça, tu auras de quoi écrire une petite anale sur ma personne et tout le monde sera gagnant. Après tout, c’est pour ça que je suis là, non? Dans ce cas allons-y, pas la peine de discuter  plus… useless. Commençons par le commencement, du moins, MON commencement, puisque tu verras vite qu’il ne correspond pas exactement à la vérité.

Aussi loin que je puisse fouiller dans ma mémoire, elle commence à mes dix ans. Tu l’auras compris, boy. Je suis amnésique. Je n’ai absolument aucun souvenirs d’avant mes dix ans, et j’ai beau fouiller et me concentrer, aujourd’hui encore je ne peux pas accéder à ces informations. Je me demande pourquoi tout ceci est arrivé, mais ce ne sera pas facile de le découvrir. Annoying, you know. Je me suis réveillé il y a quatorze ans de ça dans un petit campement paumé en forêt. Je n’étais pas seul. C’est à ce moment que mon histoire commence. Contrairement au reste, je me souviens de ça comme si c’était hier. 

« Il faisait noir, et j’avais froid. Une douleur revenait périodiquement pour me strier l’œil droit, s’estompant graduellement. J’étais… allongé? Sans doute, et je le restais durant plusieurs dizaines de minutes. Je ne savais plus rien. Nothing, boy. Où j’étais ? Pourquoi j’y étais ? Quel jour, quelle heure ? No idea. Je sentais juste la douleur dans mon œil et la chaleur d’un duvet sous ma tête et mon corps. Des questions fusaient dans ma tête et au fond, j’étais apeuré. Oui, j’étais apeuré par ce vide, cette grande inconnue dans mon esprit. J’avais toujours les yeux clos, et je restais ainsi immobile. Pas le moindre mouvement, juste mon souffle. Ouvrir les yeux… freaking. Qui savait ce que je pourrais trouver en faisant ceci ? Des réponses ? Peut-être… mais elles ne me plairaient sans doute pas. Après un long effort de volonté, je finis par ouvrir les yeux… pour me rendre compte que je ne voyais que d’un seul côté. Surpris, je me redressais en sursaut et passait ma main droite sur mon visage. Quelque chose de rugueux entra en contact avec le bout de mes doigts, au niveau de mon œil droit. Des bandages. C’était ça… des bandages épais enserraient cette partie de mon visage et l’arrière de mon crâne. Que m’était-il arrivé? Je n’en savais rien, le trou total. Je regardais autour de moi, l’air hagard. J’étais dans une tente, you see? Eclairée par une bougie. Rien de spécial. Un mal de tête me prit alors que j’essayais de me remémorer les évènements, en vain. J’étais jeune, j’avais peur et j’étais fatigué. Mais j’étais vivant. Visiblement, quelqu’un m’avait aidé, quoi qu’il me fut arrivé. J’étais habillé d’un hakama blanc propre, visiblement trop grand pour moi. Doucement, je me mis à quatre pattes pour me diriger vers la sortie de la tente.

La lueur d’un feu de camp pénétra dans mon seul œil capable de voir. Je regardais un peu partout autour. J’étais en pleine forêt. Les arbres étaient menaçant, il faisait nuit. Mon visage se tourna vers la lueur du feu qui brûlait. Un homme était assis là, étendant son ombre derrière lui. Ma vision était encore floue, aussi je ne distinguais pas immédiatement comment il était. Je voyais juste sa chevelure blonde qui semblait telle une crinière pleine de pointes. Il m’entendit, et se retourna vers moi en souriant doucement.

- T‘es finalement levé, Boy ?

Je hochais la tête doucement, gêné et un peu anxieux. Je ne le connaissais pas et n’osais pas approcher. Il me fit signe de venir s’asseoir auprès de lui et je m’exécutais, ne voulant pas le contrarier. Le feu me réchauffa un peu et je me recroquevillais sur moi-même, soucieux, cachant le bas de mon visage derrière mes genoux. Tout ceci… c’était si soudain, j’avais tant de questions. Il plaça doucement une main sur mon épaule et j’eu un peu peur, mais il fronça les sourcils.

- Don’t be afraid ! Je ne t’ai pas sauvé pour te tuer après. 

Je ne compris que la deuxième partie de sa phrase, la première étant dans une langue que je ne connaissais pas. Il m’avait sauvé? Mais de quoi? Sûrement de la chose qui m’avait blessé à l’œil. Et ce bandeau, il devait venir de lui aussi. Je rougissais, un peu honteux de me conduire avec tant de prudence. Il semblait gentil. Je le laissais donc me tapoter l’épaule et il sourit, satisfait. Finalement, il arrêta pour se tourner vers le feu qu’il attisa en y jetant une branche, l’air paisible.

- Comment tu t’appelles, Boy ? 

Comment je m’appelais… c’était une excellente question. Je n’en savais rien. En gémissant un peu, je me pris la tête entre les mains. Sadness. Je ne me rappelais plus de rien, vraiment. Mes notions d’identité avaient disparu. J’étais un corps vide qui voulait se renflouer des réponses qui l’entouraient. Mais quelles réponses, au juste? Que pouvais-je chercher? Je n’en savais rien, j’étais un ignorant. Walking in the unknown. L’homme me regarda en souriant tristement et plaça sa main sur ma tête. Ce contact était apaisant et chaud. Il frictionna doucement mon cuir chevelu.

- I see. Ne t’en fais pas, Boy? Tout ira bien. 

Cette phrase me fit un peu un choc. Aller bien? Dans ma situation? J’étais amnésique, je ne le connaissais même pas, et j’avais un œil sous bandage. Toute information sur mon identité était inexistante dans ma tête. Ce qui m’était arrivé était un flou total aussi. Je m’écartais sur le côté violement en pestant, me retournant pour le regarder de mon unique œil qui brillait d’une sorte de frustration mêlée à de la colère. Il me regarda, un peu prit de court par ma réaction. Normal, il se voulait réconfortant, pas alarmant… Surprised.

- Comment ça, ça va aller?! Je ne sais plus rien, je suis blessé à l’œil, je me retrouve en pleine forêt avec un inconnu, c’est sur que ça va aller ! 

Il fronça les sourcils et croisa les bras sur sa poitrine tout en se retournant pour regarder la flamme qui dansait au dessus du bois calciné. L’avais-je vexé? Il semblait touché par ces paroles. Je n’en savais rien mais sur l’instant, je m’en fichais bien. You see? J’étais énervé, perdu, je voulais qu’on m’explique, pas que l’on me sorte des âneries destinées à me faire agir comme n’importe quel gosse qui croit tout ce qu’on lui dit. Finalement, il se retourna vers moi et m’afficha un sourire plein de malice. Son regard était perçant comme pas deux. Empli de volonté.

- Quelle approche sarcastique ! So snide…

Un nouveau mot bizarre que je ne compris pas. Et dire que maintenant, j’emploie cette langue 80% du temps… c’est fou. Je relâchais un peu mes sourcils et ouvrit des yeux ronds comme des billes. Snide… ce mot sonnait bien. J’avais été comme interpellé par ce mot, pour une raison inconnue. Je le répétais plusieurs fois à voix basse et il me regarda, un peu circonspect, avant d’étaler un large sourire sur son visage. Il se leva. Je du lever la tête pour le regarder. Il appuya de nouveau sa main sur mon cuir chevelu et cela m’apaisa immédiatement. Il avait un effet réparateur sur moi, étrangement. Je me laissais aller à cette caresse. Il frotta mes cheveux et me fit me plaindre un peu tandis qu’il rigolait.

- Snide, sounds cool ! Ce sera ton nouveau prénom, Boy !

Et moi, dans tout ça… j’avais le choix ou pas? J’étais un peu dérouté par son comportement, mais au fond, ça me faisait du bien. J’avais un nouveau prénom. J’avais un vide en moins à combler. Je me sentais plus… safe. La peur diminua un peu. Finalement, il me ramena à l’intérieur de la tente en me disant de m’endormir. J’étais encore faible. C’est avec une pointe de regret qu’il me regarda une dernière fois, quelque chose que je ne compris pas vraiment. Il me dit qu’il monterait la garde et que je devais me reposer. Le sommeil vint me prendre bien assez tôt. »

- Le lendemain, il m’expliqua tout en de plus amples détails. Il me dit que je pouvais l’appeler Vindictus, c’était son pseudonyme de mage. Cool, isn’t it ? Il m’expliqua qu’il m’avait trouvé en pleine forêt et que j’étais blessé. Que mon œil ne s’en remettrait jamais. C’était une nouvelle dure, mais dans la mesure ou je ne me souvenais de rien avant cette amnésie, et que j’étais déjà borgne en me réveillant, je m‘y suis habitué assez vite. Il attendit que j’ai récupéré suffisamment de forces. Nous nous mîmes en route. Il me dit qu‘il m‘emmènerait dans une guilde de mages où ils m‘accueilleraient et me logerais. Une guilde de mage… je n’étais pas mage, pourtant! But the idea was nice. Rencontrer des mages et vivre avec eux… ce serait une occasion d’en apprendre tant. Peut-être qu’ils m’enseigneraient la magie, à moi aussi? Il avait visiblement d‘autres choses à faire, mais un lien fort se noua entre nous deux. Scealed friendship… il m‘enseigna des tas de choses pendant le voyage. Notamment à parler cette langue étrange. Bizarrement, certaines choses me venaient de façon intuitive, ce n‘était nullement difficile pour moi de parler ce langage. Sans trop m‘en rendre compte, je me mis à le parler assez souvent et à caser des mots dans mes phrases. Le voyage durant très longtemps, quasiment six mois. Nous vîmes défiler de nombreux paysages. Plaines, forêts, rivières et lacs, et finalement, une longue chaine de montagne. Qu‘il nous fallait gravir. Je suivis Vindictus dans cet environnement hostile. Il faisait froid. Very cold… la neige tombait sans cesse et je tremblait continuellement. Lui, semblait moins affecté, et largement mieux entrainé. For sure. Il m‘avait acheté d‘épais vêtements en prévention, en passant dans un petit patelin. Le chemin… Really Hard, you see? Mais nous y arrivâmes tout de même. Après ces six mois à marcher et vagabonder apprendre différentes choses plus ou moins utiles, que ce fut parler anglais ou me battre - il ne lésina pas sur les démonstrations, il voulait quelque part être sûr que je saches me défendre - nous atteignîmes enfin cette guilde.

Comment pourrais-je oublier ce jour? Impossible. De moi, ça peut sembler… very ironic. Un amnésique qui dit ne pas pouvoir oublier. Mais c‘est la réalité. Tout était tellement parfait à la guilde. Les gens m‘accueillirent à bras ouverts, ils riaient tous, ils chantaient et étaient bon vivants. Un air de camaraderie et de liens fraternels était omniprésent. Very cool. Vindictus semblait être très connu et respecté à la guilde, d‘après ce que j‘appris, c‘en était le deuxième membre le plus puissant! Mais alors, qui était le premier? C‘est quelque chose que je me demandais immédiatement après mon arrivée. Chacun se présenta à moi et, un peu gêné de ne pouvoir leur en dire plus sur ma vie, je restais béat et timide. Vindictus se chargea de tout leur expliquer, d‘une voix forte. Chacun l‘écouta attentivement et mes problèmes ne furent plus un secret bien longtemps. Je m‘attendais à ce qu‘ils me rejettent, quelque chose du genre. Not really. Cela ne changea rien à leur comportement envers moi. Mon sauveur me dit qu‘il allait m‘amener au maitre de guilde. J‘étais excité et anxieux à la fois. Rencontrer un personnage so power full me donnait des frissons, you see?

C‘était un vieil homme. Mais quel vieil homme! Un colosse musclé de deux mètres de haut, au torse strié de cicatrices, portant une longue moustache en forme de croissant de lune. Il était so impressive! J‘en restais tétanisé, boy. Vindictus, lui, rigola bien et le vieil homme plaça sa lourde main sur ses épaules en riant de bon cœur lui aussi. Visiblement, ils se connaissaient. Il y avait comme une relation de père à fils entre ces deux là. Contrairement à son apparence pleine de rudesse, le vieil homme était gentil comme tout. Il me dit qu‘il était le Maitre Valentine, mais que je pouvais tout simplement l‘appeler Papy. Cela me surprit. Je n‘étais pas son petit fils… mais parfois… no explanation. C‘est ainsi que je commençais une toute nouvelle vie auprès de « Papy » et des autres membres de la guilde. Cette guilde qui devint vite une seconde famille pour moi, boy.

J‘eu l‘occasion de rester fourré avec Papy pendant environ quatre mois et demi. Durant ces quatre mois, il m‘apprit de nombreuses choses mais principalement du theorique… way of thinking, boy. Sa philosophie, sa façon de voir les choses. Des notions que bizarrement, je tenais déjà de Vindictus. Ce dernier m‘avait transmit l‘héritage de Papy avant l‘heure. Celui-ci me considérait comme son fils, et il devint vite le père que je n‘avais pas eu. Ou du moins, dont je ne me souvenais pas. La relation entre nous… So strong. Je passais tout mon temps auprès de lui et il m‘expliqua les bases de la magie, en général. La volonté, la peur, la colère… beaucoup de choses pouvaient animer la magie. Malgré tout, je n‘arrivais à rien. Il ne pouvait pas non plus m‘enseigner sa magie à lui, car c‘était une magie familiale, inscrite dans le sang même des Valentine. Je ne pouvais donc pas l‘apprendre. Made me sad… mais bon, j‘étais assez mature pour comprendre que ce n‘était pas la peine d‘en rêver encore et j‘abandonnais cet objectif. Ne possédant pas de magie, je me décidais à m‘entraîner avec ce que je pouvais : un katana. Cela devint ma marque de fabrique, you see? Si je ne pouvais développer la magie, je me battrais par mes propres moyens. Beaucoup de membres de la guilde m‘encouragèrent sur cette lancée et j‘apprenais vite. Tout en écoutant les enseignements de papy, qui se montrait fier de mes progrès, de ma reprise en main malgré le fait que je ne su plus rien de mes dix précédentes années. Au bout de ces quatre mois et demi, Papy quitta la guilde en disant qu‘il reviendrait d‘ici environ un mois ou plus. Il devait rendre visite à sa famille. J‘étais un peu triste de la voir partir, you know… mais il fallait qu‘il reste avec sa famille de temps en temps, c‘était important.

Durant ce mois, je m’entrainais un peu plus encore au maniement du katana. Je m’habituais à cette arme. My weapon, boy. Ce n’est pas pour rien que je manie ce genre de choses, maintenant. Ce mois me paru interminable. Sans Papy, sans Vindictus.. Celui-ci était déjà reparti depuis longtemps. Il faisait des missions très difficiles. Des missions pour les grands mages. Je rencontrais aussi un jeune garçon nommé Clay. Clay Mortensen. Il était plus grand que moi et déjà bien taillé, pour notre âge. Il avait onze ans et moi j’y arrivais, lentement mais sûrement. Très vite, une amitié solide nous lia. Nous passâmes ce mois et demi sans Papy quasiment à deux. Mes entrainements se faisaient contre lui, essentiellement. Il possédait une étrange faculté magique liée à la terre, ce qui lui permettait de combattre et de résister à mes coups de katana au corps à corps même, durcissant sa peau. Un adversaire à ma taille, en somme. Au bout de un moi et demi, Papy revint, but not alone, you see? Il ramena avec lui un petit nabot plein de vie qui se nommait Kain. Kain Valentine. Son petit fils, en somme. Une certaine animosité se créa entre nous, mais rien de grave. Une rivalité, plutôt. Moi, parce que quelque part, il me privait de Papy et je le trouvais trop insouciant. L’inverse devait marcher pour lui aussi, j’étais un étranger que son Papy côtoyait peut-être trop à son gout. On se bagarrait souvent ensemble et Clay venait nous séparer. Au fond… Kain, pour moi, it’s a brother boy. Un véritable frère. Pendant deux ans, beaucoup de choses se passèrent. Les liens entre Kain, Claymore et moi se resserrèrent. Même si entre Kain et moi, ça restait la guère 24h/24, ça ne m’empêchait pas de tenir à lui par-dessus le marché. On continuait à s’entraîner, Kain apprenait de la théorie et des capacités martiales avec Papy qui voulait lui donner un apprentissage le plus complet possible. Quelque part, on rêvait tous de devenir forts. On se dit qu’on pourrait peut-être Team up, you see? Plus tard, on créerait une équipe et on partirait en mission ensemble. Ma maitrise du Katana devenait excellente. Je me rabattais sur le corps à corps, la technicité, la force de coups précis, n’ayant nulle magie à exploiter.  Nulle magie jusqu’à cet évènement… j’allais avoir treize ans lorsque, durant un entrainement de routine contre Clay, je pris un sale coup. On y allait pas doucement, on savait que plus tard, ça ne se passerait pas comme ça. Que les ennemis tenteraient de nous tuer. Without pity. Dans un formidable éclair de magie, une explosion électrique se produisit autour de moi, ravageant la petite pièce dans laquelle on s’entrainait, brûlant légèrement Clay qui était protégé par sa propre magie. Après cet incident, je me suis réveillé deux jours plus tard. J’avais été inconscient tout ce temps. J’ai tenté par tous les moyens de contrôler cette magie, mais rien n’y faisait. M’entrainant dehors pour éviter les incidents, dès que je tentais de l’utiliser volontairement, je provoquais de plus gros dégâts que voulu. Comme si il me fallait une bride sous peine de perdre le contrôle. C’est ainsi que j’acquis mon katana et compagnon pour toujours : Strike.



« J’avançais doucement dans le couloir qui menait vers la salle d’entrainement. Clay m’avait dit que Papy m’y attendait. Je ne devais pas le faire attendre, après il devrait s’occuper de Kain. Ce morveux… il accaparait vraiment Papy, avec son entrainement spécial. Seriously. Heureusement que j’apprenais à me défendre avec Clay, je dépensais mon temps de cette façon. Finalement, j’ouvre la porte menant à la salle, et Papy se trouve en plein milieu et semble m’attendre. Il me sourit et entreprend de parler de sa voix grave et tonitruante.

- Ahaha, te voilà! J‘ai quelque chose pour toi !

Prenant un air perplexe, je fis un pas vers l’avant et me grattait la tête, un peu curieux, mais n’en laissant pas paraître grand-chose. Il m’observa avec son grand sourire, ce sourire qui caractérisait Papy. La salle était vide, il  n’y avait que nous deux. Lui me pointa une boite qui devait être plus longue que mon bras,  et m’indiqua d’un geste de la main de m’approcher pour en découvrir le contenu. Je m’exécutais, dans l’expectative, un sourire de coin aux lèvres. Mon œil unique brillait de curiosité, trahissant mon comportement qui se voulait assez détaché de la situation.

- C’est rare que j’en ai un… Brought me a present, hu? 

Il ne dit rien de concret et ricana lourdement en tapotant mon épaule. God, ce qu’il était fort. Je sentais la pression dans sa main alors qu’il ne serrait même pas, c’était ahurissant. Il était comme ça, Papy. Une puissance monumentale brute dans un corps de colosse, avec la sagesse des décennies passées. Doucement, j’ouvris la boîte pour dévoiler un magnifique Katana. La garde était en or gravé, le pommeau en tissu fin et soyeux, la lame brillait sous la lueur de la pièce avec un éclat irréel. L’observant sous toutes ses coutures avec de grands yeux, je remarquais aussi des inscriptions runiques dans la lame, prêt de la garde, finement taillée. Papy… il l’avait fait fabriquer pour moi? Je ceignis le fourreau à ma ceinture avant de pointer la lame devant moi, mon sourire habituel aux lèvres.

- That’s right. ♫ 

- Et encore. Tu n‘as rien vu! Libère ta magie tout en tenant la lame.

Je me tournais, interloqué. Libérer ma magie? Crazy idea! J’allais faire sauter la pièce si je faisais ça, j’étais incapable de la contrôler et il le savait. Mais si il le savait, il devait y avoir une raison… j’hésitais. Prendre le risque d’une nouvelle rechute? Je n’en avais pas envie. Mais Papy… je ne voulais pas le décevoir, il m’avait toujours aidé depuis que j’étais entré à la guilde. Il avait toujours eu raison, il devait savoir ce qu’il faisait. J’empoignais la lame à deux mains et la tint droit devant moi tandis que je me canalisais intérieurement avant de laisser filtrer ma magie, tentant de la contenir au mieux. Je sentais le tout filer à une vitesse ahurissante, ça allait exploser ! Mais rien ne se produisit. Je sentis ma lame vibrer tandis que les runes gravées brillaient avec intensité, emplies de mon énergie électrique. Une onde statique courait sur le pourtour du sabre et je regardais, émerveillé, ce moyen de contrôler ma magie. Souriant d’un air malicieux, je me mit à rire.

- Crazy weapon ! » 
 

- Les choses se sont si vite déroulées. L’obtention de cette arme de la part de Papy me permit de m’entrainer enfin à fond. De découvrir ma magie électrique que je ne parvenais pas à contrôler. Le nom de Strike vint de lui-même, ce serait la lame qui frapperait mes ennemis en plein cœur. A final blow. Je devins complet, affrontant Clay avec moins de difficulté puisque nous pouvions désormais user tous les deux de la magie pour combattre. Papy, lui, parti avec Kain pour entraîner ce dernier à la magie des Valentine. Avant que ce petit morveux ne parte, je lui avais mis une cacahuète mémorable droit dans le cuir chevelu, le menaçant de lui casser la figure si il ne réussissait pas son entraînement avec un assez bon niveau. Je n’ai pas revu Kain, depuis. Je me demande bien ce qui a pu lui arriver… enfin. Le temps passa, les années au même titre. Treize ans, quatorze ans, quinze ans. Les autres me surnommèrent « Lightfang » à cause de mon style de combat rapide et vindicatif. Clay, lui, se faisait parfois appeler « Claymore » en terme de blague comme de surnom. Le katana vif comme l’éclair, face à l’épée à deux mains dévastatrice. Ces deux surnoms correspondaient parfaitement à nos style de combat et notre façon d’utiliser notre magie. Snide Lightfang. Mon identité totale était née.

But life isn’t that happy. Toutes les bonnes choses ont une fin, et la tristesse nous frappe tous un jour. Un évènement vint vite gâcher mon bonheur : la disparition de Clay. Parti pour une mission alors que j’atteignais mes 16 ans, il n’est jamais revenu. Avec lui, deux autres membres de la guilde disparurent. J’eu un mal terrible à accepter ces faits tragiques. Mais ils étaient réels… que pouvais-je bien y faire, après tout? De nombreux mois durant, ma volonté me quitta. Je m’entrainais de moins en moins, chaque tentative ravivant la douleur de l’avoir vu disparaitre de ma vie. Il était mon meilleur ami. Kain était comme un frère, et de toute façon, il n’était pas là. Il avait disparu avec Papy pour s’entraîner loin de la guilde à la magie des Valentine. J’étais seul à la guilde. Je m’endurcit un peu mais, foncièrement, je ne changeais pas tellement, boy. Les autres surent me redonner le sourire, sachant quel lien me liait à Clay. Mais ce qui me sauva sans doute de la déchéance fut le retour de Vindictus, pour une période de deux jours. Cela me réconforta plus que tout autre chose possible. Il comprenait ma douleur, lui-même avait perdu des compagnons et des êtres chers, aussi me permit-il de me défouler. Un combat, voilà ce qu’il me proposait. Un combat contre lui dans lequel il voulait que j’aille à fond.


« Je dégainais d’un geste sec Strike, un sourire provocant aux lèvres. Ça allait être une sacrée Party. Je n’avais jamais affronté Vindictus, tout ce que je savais sur lui, c’est qu’il était très puissant. Et accessoirement, il m’avait recueilli. De fait, j’avais deux bonnes raisons de le combattre : tester sa vraie force et lui montrer que je n’avais pas passé mon temps à flemmarder. J’étais en position de combat, genoux écartés, stable sur mes pieds, habillé d’une tunique bleue que j’avais fait confectionner, surmontant une armure de plates légères et des vêtements en tissu. Lui, de son côté, était habillé simplement et se tenait là. Décontracté, comme si je n’allais même pas bouger. Est-ce qu’il était vraiment assez puissant pour se permettre ce genre de comportement? Je n’en doutais pas tellement, mais j’allais lui montrer que je n’étais pas un incapable et qu‘il faudrait qu‘il bouge s‘il ne voulait aucune égratignure. Gonna rock!

- T’en fais beaucoup pour un simple combat, Boy ! 

- Ou peut-être que tu n’en fais pas assez ! 

- Cesse de parler. Come on !

Immédiatement, je resserrais la prise sur la garde de Strike, souriant de plus belle avec une lueur de volonté dans l’œil. Il se pencha doucement vers l’avant avec une main dans la poche, l’autre sortie et visiblement prête à réagir. Une petite seconde s’écoula dans un souffle de vent et j’écartais un pied en le faisant glisser sur le sol dans un frottement. Usant de mon pouvoir, je filais vers lui comme une comète dans un trait électrique, réduisant la distance entre nous deux en un temps record, pour venir lui asséner une taillade de ma lame de sa hanche droite à son épaule gauche dans un filet d‘électricité. Cette attaque allait lui faire mal, si il n’esquivait pas. Il se baissa à une vitesse éclair et se retrouva sous moi. Je plaçais un pied en opposition de mon mouvement et la physique fit le reste du travail, je déviais naturellement la trajectoire de mon épée vers le bas, et il se recula d’un bond en arrière, tout sourire. C’était amusant! Je me disais bien qu’il n’aurait pas subit une attaque pareille sans réagir. Je courus de nouveau vers lui et plaçais la pointe de mon katana à l’horizontale, avant de tenter plusieurs attaques d’estoc suintantes de magie électriques. Je frappais plus vite grâce à ma magie, ce qui rendait cette attaque très dure à esquiver. Pourtant, il bougea la tête sur le côté plusieurs fois de suite et tourna sur lui-même lorsque je changeais de tactique en frappant la poitrine, comme si il avait tout anticipé. Cependant, il y avait une faille dans son mouvement. Il était de dos, il me suffisait de m’écarter sur le côté pour venir le frapper à l’épaule. Je pivotais sur moi-même et ma lame suivit le mouvement mais… What? Il l’avait stoppée avec une lame magique. De l’électricité, lui aussi? I see! C’est pour ça qu’il avait réussi à m’esquiver, il était rapide. Dos à moi, il tourna la tête et m’offrit un sourire avant de se retourner en levant violement le bras, me faisant reculer d’un bon mètre. Par-dessus ça, de moi-même, je sautais en mettant une bonne distance entre nous.

- Hmmm, toi… Interesting. Montre moi ce que t‘as dans le ventre, et ce que tu sais faire de cette crazy weapon !

- OK! Let‘s dance !

Je lui couru droit dessus avec un sourire de démon pour venir enchaîner les taillades, sans répit. Il les parait ou les esquivait toutes, parfois il me donnait un coup et je contrais. Des éclairs jaillissaient à chaque contact entre nos deux armes. Strike vibrait contre la création électrique de Vindictus, et je sentais que le défi ne faisait que commencer. Lui, il souriait, assez fier. Je lui tenais tête pour le moment. Mais il se mit à accélérer la cadence, à augmenter la pression. Bref, ça devint… Very hard. Ses coups étaient plus précis et sans appels, ma technique faiblissait face à ses coups répété. Il trouva une faille et porta un coup d’estoc à l’épaule, je n’eu que le temps de m’écarter de quelques millimètres vers le bas pour voir sa lame désagréger le tissu de ma tunique sur le point d’impact. Screw it, je haletais et je commençais à perdre en vitesse. Lançant mes forces dans un ultime assaut, je me jetais sur lui, mais il sembla qu’il changeait de comportement. Je sentis une incroyable pression, l’espace d’un instant, et dans la même seconde, trois choses se produisirent. Il me désarma, m’asséna un coup puissant dans la nuque, et je perdis connaissance. »


- Je me réveillais le lendemain, rétabli. Vindictus avait quitté la guilde pour une nouvelle mission. Une lettre attendait patiemment dans le hall, et personne n’y avait touché. Elle était pour moi, de la part de mon premier mentor. Boy, il m’avait mit une sacrée raclée. En moins de deux, à terre. K.O. Je fus vite sur pieds, remarque. Disons qu’il avait mis un seul coup capable de me faire sombrer assez longtemps pour se tirer en me laissant son message, you see? Celui-ci me toucha profondément. Il me dit qu’il était fier de moi, que j’avais bien progressé. Qu’il comptait sur moi pour toujours canaliser ma magie et éviter qu’elle ne cause de dégâts. Visiblement, il était au courant pour mes incidents. C’est fort de cette expérience que je me décidais enfin à prendre mon envol. Wind of freedom, boy. Après mes dix huit ans, je quittais la guilde pour vivre ma propre et vie et me mit au service des gens en tant que mercenaire. Juste avant ce départ, je fis forger à la guilde un casque avec un croissant de lune en or en guise d'ornement. Ce serait ma façon de représenter Papy, de lui rendre hommage. Et voilà que j'étais parti pour l'inconnu... C’était trépidant, very exciting. Le temps passe vite quand on se remue. Je ne savais pas ce qu’était devenu Kain. Pareil pour Papy. J’espérais juste qu’ils aillent bien. Dîtes donc, ça faisait un moment que je n’avais pas tabassé ce morveux… enfin, depuis le temps, il devait avoir grandi. Si il tenait de papy, il était un minimum plus fort qu’avant. Soucieux de savoir comment ils allaient, je repassais à la guilde après mes vingt-et-un ans, pour y apprendre une… horrible new. Kain avait été trahi et mutilé à cause de ça. Sa magie avait été scellée. Son œil gauche caché sous un bandeau suite à une blessure. J’appris tout ceci de la bouche même de Papy, qui m’accueillit néanmoins à bras ouverts, me demandant comment les choses se passaient pour moi. J’étais heureux de le voir, mais triste pour Kain. Je lui demandais où il était parti, et il me dit qu’il n’en savait absolument rien.

Je repartais bredouille, en quelque sorte. Mais j’avais un nouvel objectif : retrouver cet idiot et l’aider à se venger. Le connaissant et connaissant son caractère, il devait être … angry. Garder rancune, you see? Si je trouvais celui qui lui avait fait ça, je l’aiderais à le tuer sans aucune hésitation. Malgré toutes ces engueulades et nos comportements respectifs l’un envers l’autre, Kain et moi, c’est deux doigts de la main. Je me demande bien ce que ça me fera de le revoir après tant d’années. Et au fond, ça ne m’étonnerais pas qu’on croise le fer. D’après Papy, il s’est équipé pour pallier à son manque de magie. Ça fait un bail que je le cherche, ya know… depuis bientôt trois ans, je vis et j‘ai pour objectif de le retrouver, entre autres. Et nous voilà à maintenant.


- Soka… cet entretient très enrichissant, Lightfang-san. Je ne vais pas vous importuner plus longtemps !

- My pleasure. ♫

Sur ces mots, je repris mon bouquin pour commencer à le lire de nouveau, comme si il n’était déjà plus là. Lui, se leva et avança vers la porte, indécis. Hm? Je ne savais plus à quelle page je m’étais arrêté. C’était contrariant. Je fronçais les sourcils tout en cherchant du regard avant de poser le livre en soupirant, abandonnant l’idée de lire. Too boring. Le jeune homme, lui, se retourna finalement avec un air un peu timide.

- Demo… je peux vous poser une ultime question..?

- For sure, Boy. Tu veux savoir quoi?

- Vous avez dit « Entre autres »… Quels sont vos autres but?

- C‘est ma raison de vivre, celle qui me pousse à progresser…

Je me levais doucement avec un sourire narquois aux lèvres pour me déplacer doucement vers lui. J’en avais marre d’être ici, j’allais faire du pierre deux coups. Il me fixa, un peu anxieux, ses yeux me suivaient avec intensité et concentration. Arrivé à son niveau, je ne dis rien et je le dépassais pour ouvrir doucement la porte. Il était dans l’attente de ma réponse. Wait some more, Boy. Je passais le pas de la porte et m’arrêtait dans le couloir, avant de me retourner vers lui pour lui sourire. Puis je repris, tout en quittant ces lieux coquets pour reprendre ma vie trépidante.


- To make Strike slice forever ! ♫



_________________




lelelelelelelele 2r2qkja

¤ Thèmes ¤




¤ Journal / Capacités ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kain

¤ One Eyed Demon¤


¤ One Eyed Demon¤
Kain

Messages : 330
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 23
Localisation : C'est une bonne question...

Fiche de Madoshi.
Niveau:
lelelelelelelele Left_bar_bleue13/40lelelelelelelele Empty_bar_bleue  (13/40)
EXP:
lelelelelelelele Left_bar_bleue4/300lelelelelelelele Empty_bar_bleue  (4/300)
Jewels: 176 000
lelelelelelelele Empty
MessageSujet: Re: lelelelelelelele   lelelelelelelele EmptyDim 1 Fév - 4:51

Enculé de merde :d...

:GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH: :GAH:

_________________
King of the sea...

lelelelelelelele Kainsign
Ma couleur : #333333 / Nescafe : red

Présentation / Techniques / Journal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




lelelelelelelele Empty
MessageSujet: Re: lelelelelelelele   lelelelelelelele Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

lelelelelelelele

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: | Madoshis | :: Présentations-